shcr

Nouvelles

Résumé - Seigneuresses et pouvoir féminin dans l'histoire du Québec

Conférence de Benoît Grenier du 28 novembre 2019

Quelle conférence intéressante que celle de cet historien spécialisé dans l`histoire seigneuriale du...

Lire la suite »

Résumé - Contes et récits de Noël d'antan

Salon de thé du 14 novembre 2019 avec Jocelyn Rancourt

Quel plaisir nous avons eu en ce Salon de thé! D’entrée...

Lire la suite »

Activités

Désolé...

Aucune activité n'est prévue prochainement!

Nouvelles

Vendredi 3 mai 2019 — 9 h 24

Conférence du 25 avril 2019

Résumé - Sir Wilfrid Laurier, 100 ans après sa mort avec Jean-Marie Lebel

Jean-Marie Lebel est venu donner, le 25 avril dernier, à la Société historique du Cap-Rouge, une conférence sur le cheminement de Wilfrid Laurier, de la naissance à sa mort. Celui-ci est né à Saint-Lin de Lachenaie et est mort le 17 février 1919 à Ottawa.

Laurier a été le 7e premier ministre du Canada, poste qu’il occupe du 11 juillet 1896 au 7 octobre 1911. Il est le premier francophone à accéder à ce poste. Avocat, il est souvent considéré comme l’un des grands hommes d’état canadien, a souligné M. Lebel. Très éloquent, il décide de se présenter au niveau fédéral où il est élu d’abord avec une majorité fragile au parti libéral et par la suite il se présente en 1874 dans Drummond-Arthabaska où il est élu avec une majorité augmentée. Nommé ministre du Revenu en 1877, il occupe ce poste jusqu’à la défaite des libéraux en 1878.

En 1887, à la surprise de tous, le caucus libéral le nomme chef du parti libéral, rappelle le conférencier. En 1896, il mène le parti libéral à la victoire. Il dirige donc le Canada durant une période de croissance et d’industrialisation. Il contribue à faire entrer le Canada au XXe siècle et à affirmer davantage le pays à l’international, notamment face au Royaume-Uni. Il fut défait en 1911.

Bien connu pour ses politiques de réconciliation et de compromis entre francophones et anglophones, Laurier, qui était toujours à la tête du parti libéral en pleine reconstruction, est foudroyé par une hémorragie cérébrale. Il meurt le lendemain, soit le 17 février 1919 à Ottawa.

Louise Mainguy