shcr

Nouvelles

Décès de monsieur Claude Boivin (1932-2019)

Au C H U - Hôpital St-François d'Assise, le 31 mai 2019, à l’âge de 87 ans, est décédé notre...

Lire la suite »

Excursion en Mauricie 23 mai 2019

À notre arrivée au Vieux Presbytère de Batiscan, nous sommes accueillis chaleureusement par le curé Fréchette et Adéline, sa ménagère. La seigneurie de Batiscan fut concédée...

Lire la suite »

Activités

Jeudi 12 septembre 2019, 14 h 00

Salon de thé avec Irène Belleau

Détails sur les activités »

Nouvelles

Jeudi 4 avril 2019 — 16 h 41

Conférence de Gilles Samson et Richard Fiset

Résumé - Réhabiliter le site du fort Cartier-Roberval : un enjeu archéologique majeur.

La SHCR a accueilli les deux archéologues codirecteurs responsables du site archéologique Cartier-Roberval, messieurs Richard Fiset et Gilles Samson qui nous ont entretenus longuement sur les résultats des fouilles. Ils ont livré en détail les résultats et les hypothèses des travaux complémentaires à planifier pour ce site : sans archéologie des ressources archéologiques se dégraderont et disparaîtront; cette histoire restera muette pour les générations futures. Il faut savoir que moins de 1 % de l’établissement est fouillé sur ce site unique sans autre exemplaire au monde.

Depuis la découverte du site en octobre 2005, la recherche archéologique a fait avancer les connaissances sur le fort Cartier-Roberval. Une première étape a donné lieu au dépôt d’un rapport-synthèse (2013) qui permet d’apprécier l’importance inestimable de ce site unique pour l’Amérique et l’histoire du Québec. Une exposition transitoire a été conçue pour informer le public sur l’état de la recherche.

Toutefois, diverses questions en suspens sur des aspects cruciaux ont été identifiées dans un programme de recherche qui met de l’avant une phase II de fouilles. Celle-ci s’avère indispensable pour justifier une mise en valeur d’envergure. La phase I avait été conçue à partir d’une superficie présumée d’environ 200 mètres carrés alors qu’aujourd’hui la recherche s’étend sur un noyau principal de 1500 mètres carrés et de plus de 60 000 mètres carrés pour l’ensemble de l’espace possiblement occupé par la colonie au XVIe siècle. Plusieurs inconnues demeurent, dont la forme du fort d’en Haut, la répartition et la fonction de plusieurs bâtiments, les espaces agricoles et funéraires, les limites des fortifications sans oublier la localisation du fort d’en Bas.

Après une longue attente et de nombreux espoirs déçus depuis 2014, l’inaction a laissé place à la décrépitude des éléments en place, menaçant ce patrimoine d'intérêt international. Pourtant, un programme de recherche est déposé et approuvé depuis 2015 : il présente les nombreuses pistes pour révéler les secrets qui n’ont pas encore été dévoilés. La conférence a fait le point sur le projet archéologique qui permettra une mise en valeur. Il faut réhabiliter le site Cartier-Roberval !! C’est un enjeu archéologique majeur. En somme, l’objectif de la reconnaissance du site Cartier-Roberval au patrimoine mondial de l’Unesco ne doit pas être perdu de vue.

Texte : Linda Even