shcr

Nouvelles

Salon de thé avec Stéphane Ledien: Des trains y passent encore

Monsieur Stéphane Ledien, auteur du recueil de nouvelles Des trains y passent encore, était l’invité de la Société historique du...

Lire la suite »

Assemblée générale annuelle 2018

Une trentaine de membres se sont présentés à l'assemblée générale annuelle de jeudi dernier le 22 mars. Comme le veut...

Lire la suite »

Activités

Jeudi 26 avril 2018, 19 h 30

Conférence avec Éric Dussault: Le site Cartier-Roberval à Cap-Rouge: échec ou succès?

Détails sur les activités »

Nouvelles

Jeudi 15 mars 2018 — 14 h 39

Salon de thé du 8 mars 2018 avec Anne-Marie Poulin.

Si l’on veut remonter au début de l’artisanat en Amérique, il faut absolument parler de Zacharie Vincent, artiste huron-wendat, né en 1815 à la Jeune-Lorette, peintre et dessinateur qui a voulu fixer une image traditionnelle des Hurons arborant un wampum sous forme de collier ou de ceinture.

Les 3 premières françaises brodeuses furent Marie Guyart, Marguerite Bourgeois et Marie Lemaire des Anges.

Plus tard, en 1704, Agathe de Saint-Père, mariée à Legardeur de Repentigny, sera la première manufacturière textile en Nouvelle-France.

Les Sœurs de Marie-Réparatrice excellèrent dans les dentelles. L’art des cheveux connut beaucoup de popularité grâce à un portrait de la reine Victoria, réalisé avec cette matière.

En 1882 fut fondée la première École ménagère en Amérique du Nord. Le premier Cercle des Fermières le fut par des agronomes. Suivirent ensuite les Instituts familiaux et l’AFEAS.

Emélie Chamard ouvre, en 1925, une boutique à St-Jean-Port-Joli pour vendre aux touristes ses travaux de tisserande. Puis se développent les métiers Nilus Leclerc.

Le fléché est unique au Québec : c’est l’art de tisser aux doigts, sans métier. Mme Yvette Michelin est une flécherande qui a élevé cette technique au niveau des métiers d’art.

Technique du ‘’boutonné’’, courtepointes, l’art de filer, de crocheter les tapis, dentelles aux fuseaux sculptées, voilà autant d’arts manuels transmis jusqu’à nos jours par des artisanes fières de nos traditions mais désireuses de faire évoluer ces techniques à des niveaux très élevés.

Quelle fierté, en cette journée internationale de la femme, de constater l’évolution de ces arts manuels transmis de génération en génération pour le plus grand plaisir de nos yeux et de nos doigts agiles…

Claire d’Auteuil

Photos: Renée Patenaude