shcr

Nouvelles

René Rheault (1933 - 2018)

Au centre hospitalier de l’Université Laval, le 2 septembre 2018, à l’âge de 85 ans, est décédé monsieur René Rheault,...

Lire la suite »

Merci à Rémi Duchesne!

Vous avez peut-être été reçu par Rémi au local de la SHCR cet été ?

En effet, Rémi Duchesne a travaillé...

Lire la suite »

Activités

Jeudi 27 septembre 2018

Excursion: Forts-et-Châteaux-Saint-Louis et Musée des Plaines d'Abraham

Détails sur les activités »

Nouvelles

Mercredi 28 février 2018 — 10 h 02

Conférence de Jean-François Caron du 22 février 2018

Quatre ans après l’incendie du Château St-Louis en 1834, le gouverneur Durham en fait raser les ruines pour construire une large plate-forme. Désormais, la vue imprenable sur le fleuve ne sera plus réservée seulement au gouverneur, mais toute la population pourra en profiter. Mais ce n’est qu’en 1878 que Charles Baillairgé conçoit les plans d’une terrasse qui s’étirera jusqu’au pied de la Citadelle. Elle sera agrémentée de 6 kiosques et deviendra la terrasse Dufferin que l’on connaît maintenant.

L’intrigant boulet de canon enchâssé dans les racines d’un arbre coin rue St-Louis et rue du Corps-de-Garde n’est en réalité qu’un chasse-roues emprisonné dans les racines d’un orme qui a poussé à proximité.

La cathédrale Holy Trinity est la toute première cathédrale anglicane construite à l’extérieur des îles britanniques. Des artéfacts uniques y sont exposés et témoignent de l’importance que la hiérarchie ecclésiastique anglicane accorde à la cathédrale de Québec : une croix celtique, vestige de l’abbaye de Glastonbury dans la sud-ouest de l'Angleterre, une pierre de la cathédrale de Canterbury et un élément de marbre d’un retable prélevé à la cathédrale St-Paul de Londres.

Après l’incendie qui détruisit l’édifice de la Dominion Corset Manifacturing Company, l’architecte Georges-Emile Tanguay dessine un bâtiment typiquement industriel mais l’agrémente d’une ornementation d’inspiration médiévale : tour d’horloge et château d’eau dissimulé dans une autre tour qui rappelle un donjon. L’utilisation de briques rouges et blanches donne beaucoup de personnalité à l’édifice et se retrouvera en façade de plusieurs maisons du quartier : c’est le style de La Fabrique.

Qui aurait cru que Québec, avec ses nombreuses côtes naturelles reliant la basse-ville à la haute-ville, aurait besoin d’en construire une autre… Elles étaient plutôt escarpées, voire trop abruptes, pour permettre le passage des tramways. C’est pourquoi, en 1897, on construit un plan incliné, à la pente assez douce, reliant la rue St-Paul à la côte du Palais. C’est l’actuelle côte Dinan. Encore aujourd’hui, à partir de la basse-ville, on peut apercevoir les piliers qui la supportent.

Plusieurs galeries et escaliers de Québec sont décorés de motifs assez singuliers : il s’agit de bandes métalliques dans lesquelles on distingue des silhouettes de lames de patins, formant de belles dentelles. Cette ornementation dans le paysage urbain est intimement lié à la présence de l’Arsenal fédéral de la capitale. Il s’agissait d’une façon plutôt originale de récupérer des rebuts industriels.

Ce ne sont que quelques-unes des 20 curiosités présentées par M. Jean-François Caron devant un public avide d’en savoir plus en ce jeudi 22 février : petite histoire de la Ville et détails insolites, tous aussi intrigants les uns que les autres. De quoi nous inciter à consulter son livre

Curiosités de Québec, publié aux Editions GID, en collaboration avec le photographe Pierre Lahoud.

Claire d’Auteuil

Cette conférence était soutenue par la Caisse populaire Desjardins de Cap-Rouge, PARTENAIRE D'HISTOIRE.