shcr

Nouvelles

Salon de thé du 9 novembre avec Sylvain Barrette

Notre dernier salon de thé a attiré plus de cinquante personnes qui sont venues se rappeler des souvenirs d’enfance tout...

Lire la suite »

Des trains y passent encore

L'écrivain Stéphane Ledien, qui a habité et travaillé comme journaliste à Cap-Rouge, vient de publier un recueil de nouvelles littéraires...

Lire la suite »

Activités

Jeudi 23 novembre 2017, 19 h 30

Conférence: Des contes de Noël au Canada français d'autrefois, avec Jean-Marie LeBel

Détails sur les activités »

Nouvelles

Mercredi 8 novembre 2017 — 10 h 52

Le tracel de Cap-Rouge consacré site historique de génie

Journal L'Appel, membre du groupe Québec Hebdo

François Cattapan redaction_quebec@tc.tc

Publié le 7 novembre 2017

La plaque commémorative du tracel a été dévoilée par la présidente de la Société historique de Cap-Rouge, entourée de Kim Lajoie et Gilles Hébert, de la SCGC, ainsi que de Olivier Quenneville, des affaires publiques au CN et du maire Régis Labeaume.

©(Photo TC Media – François Cattapan)

PATRIMOINE. Infrastructure mythique dans le paysage urbain de Cap-Rouge, le tracel obtient enfin ses lettres de noblesse. Plus de 100 ans après sa construction, le pont ferroviaire en acier vient d'être officiellement reconnu comme un site historique national de génie civil.

Une plaque commémorative à cet effet a été dévoilée, au pied de l'opposant ouvrage, par la Société historique du Cap-Rouge. Cet élément de fierté et de consécration fait suite à une reconnaissance officielle à titre de réalisation remarquable de la part de la Société canadienne de génie civil (SCGC).

Devoir de mémoire.

Pour la présidente de la société historique locale, Linda Even, «il s'agit d'un devoir de mémoire». Elle rappelle que le monument de pierre et de bronze rend hommage aux ingénieurs qui ont conçu le tracel et aux bâtisseurs qui l'ont construit. À l'époque, les ouvriers anglophones parlent du trestle. Les résidents voisins entendent «trécel», puis le mot devient tracel dans le langage populaire.

Besoin de peinture

La cérémonie protocolaire a été tenue en présence de dignitaires, dont des représentants de la SCGC, du Canadien National, propriétaire du tracel comme du pont de Québec, et du maire de Québec, Régis Labeaume. Ce dernier a réitéré que les deux infrastructures constituaient des ouvrages d'avant-garde. Dans les deux cas, il reste optimiste que de nouveaux intervenants dans le dossier convainquent le propriétaire qu'en plus d'être sécuritaires, elles méritent d'être esthétiques et donc d'être repeintes.

Un peu d'histoire

Au début de sa construction en 1906, le tracel de Cap-Rouge a été le premier viaduc ferroviaire à chevalets en importance au Canada. Il est entré en service en 1913. D'une longueur de 1017 mètres et d'une hauteur de 52,4 mètres, cette œuvre de génie en acier se distingue par ses poutres à treillis ou poutres rivetées de type Eiffel. Ses fondations de béton ont bénéficié de la technique de fonçage à air comprimé.