shcr

Nouvelles

Salon de thé avec Stéphane Ledien: Des trains y passent encore

Monsieur Stéphane Ledien, auteur du recueil de nouvelles Des trains y passent encore, était l’invité de la Société historique du...

Lire la suite »

Assemblée générale annuelle 2018

Une trentaine de membres se sont présentés à l'assemblée générale annuelle de jeudi dernier le 22 mars. Comme le veut...

Lire la suite »

Activités

Jeudi 26 avril 2018, 19 h 30

Conférence avec Éric Dussault: Le site Cartier-Roberval à Cap-Rouge: échec ou succès?

Détails sur les activités »

Nouvelles

Mardi 31 octobre 2017 — 12 h 42

Conférence de Jean Provencher- Les automnes d'autrefois

C’est par une soirée automnale pluvieuse du 26 octobre que M. Jean Provencher est venu nous parler des us et coutumes des automnes d’autrefois. Ce passionné d’histoire populaire épluche avec plaisir les journaux d’époque et nous relate des faits et gestes méconnus de nos jours ou encore, oubliés depuis longtemps.

Comme il l’a constaté dans les articles des journaux, l’automne s’installe tout doucement à partir de la fin du mois d’août. Les villégiateurs reviennent dans les villes et reprennent leurs activités. Les paletots ressortent dans les rues. On recommence à jouer aux cartes : l’euchre ou youcoeur, importé par les bûcherons de la Beauce qui allaient travailler dans le Maine, devient très populaire.On redécouvre les aurores boréales, les étoiles filantes qui permettent de sortir une âme du purgatoire si on prend soin de faire le signe de la croix en les apercevant.

Les voyageurs de commerce reprennent la route. On défile dans les rues pour la Fête du Travail. C’est la saison des huîtres, de la galantine et des pâtés de foie gras. On vend, en cachette, des rouges-gorges, des piverts et des bruants des neiges chez le boucher. Le 29 septembre, on fête la St-Michel, importée de France. C’est la date de référence pour la fin des baux et le début des contrats. On attend l’Été des Indiens mais, en 1904, il n’y en aura pas… On pêche l’éperlan ; les goélettes rentrent au Bassin Louise, de retour du Bas-du-Fleuve.On fête la Sainte-Catherine, seule fête qui n’a pas été importée d’ailleurs. Puis, ce sont les grandes pluies de novembre, le mois des morts et on installe les châssis-doubles.

Si M. Provencher regarde sa montre placée devant lui sur la table, ce n’est pas qu’il trouve le temps long : au contraire, c’est que le temps passe trop vite, pour lui comme pour nous… C’est déjà terminé et nous sommes encore transportés en pensée à la fin des années 1800 et au début de 1900.

Cette conférence était soutenue par la Caisse populaire Desjardins de Cap-Rouge, partenaire d'histoire.

Claire d’Auteuil

Photos: Renée Patenaude