shcr

Nouvelles

Bonne nouvelle!

Le CA a décidé que tous les membres en règle en 2020 se voient reconduire leur adhésion en 2021. Cette...

Lire la suite »

Annulation des activités de la SHCR

La Ville de Québec nous a avisés des dernières consignes pour les rassemblements. Dans cette situation, nous devons suspendre toutes...

Lire la suite »

Activités

Désolé...

Aucune activité n'est prévue prochainement!

Nouvelles

Mercredi 25 novembre 2015 — 21 h 50

Yves Hébert: Les ponts de glace

L'historien Yves Hébert est passionné par les ponts de glace. Pourquoi en parler en cette soirée du 19 novembre 2015? Entre autres parce qu'il s'agit d'un bon indice du réchauffement de la planète!

Entre Québec et Lévis, le 1er témoignage connu à ce jour est celui du jésuite Paul Le Jeune, daté du 2 janvier 1633. Plus tard, Marie de l'Incarnation en fait aussi mention. Le naturaliste Pehr Kalm y va d'observations très intéressantes en 1749.

Entre 1850 et 1890, les hivers furent très froids et, entre l'Ile d'Orléans et Montréal, sept ponts de glace se formaient. On raconte que la construction du pont Victoria fut facilitée par la formation du pont de glace de 1854. Au début des années 1880, Louis-Adélard Senécal fonde la Hochelaga Ice Bridge Company et ose faire passer un chemin de fer sur le pont de glace entre Montréal et Longueuil.

Le Cap-de-la-Madeleine doit en partie la renommée de son lieu de pélerinage au pont de glace qui s'est formé entre ses rives et Sainte-Angèle-de-Laval (Bécancour) à l'hiver 1879. Il permit de transporter les pierres requises pour construire l'Église et se rompit peu après le dernier voyage de matériaux.

Même s'il ne prend pas tous les ans, le pont de glace entre Québec et Lévis peut couvrir une superficie impressionnante: ceux des années 1817 et 1844 s'étendirent jusqu'à l'Ile-aux-Grues. Lorsque le pont est pris, les journaux s'empressent de publier la nouvelle et, surtout, de mentionner qui est le premier à le traverser.

En apportant le surplus de leur production, les cultivateurs de la rive sud font chuter le prix des produits dans les marchés publics de Québec. Le pont de glace étant considéré comme une zone neutre, on y installe des petites cabanes destinées à la pêche ou pour prendre un verre d'alcool, ce qui contribue à créer de l'animation. Le pont facilite aussi le travail des marchands de glace.

Outre sa fonction économique, le pont de glace est un lieu de rencontres sociales et de divertissement. Il favorise aussi les fréquentations et les relations de voisinage.

L'aquarelliste James Pattison Cockburn et plusieurs peintres, dont Cornélius Krieghoff, se sont inspirés des ponts de glace pour nous léguer des oeuvres exceptionnelles.

Le 7 février 1924, un pont de glace s'est formé durant la nuit entre Québec et Lévis. La surprise est totale car cela fait une douzaine d'années que l'on n'a pas vu tel phénomène. A la fin de la journée, sous l'effet de la marée, le pont se soulève et emporte avec lui une quinzaine de personnes. Heureusement, il n'y eut pas de victimes. Cet épisode marqua la fin définitive des ponts de glace entre ces deux villes.

Lieu de socialisation incomparable, le pont de glace a fait partie de la vie des riverains et a permis de montrer comment les habitants apprivoisaient le froid.

C. d'A.

Cette activité était soutenue par une commandite de la Caisse populaire Desjardins de Cap-Rouge.

(photo: Renée Patenaude)