shcr

Nouvelles

Bonne nouvelle!

Le CA a décidé que tous les membres en règle en 2020 se voient reconduire leur adhésion en 2021. Cette...

Lire la suite »

Annulation des activités de la SHCR

La Ville de Québec nous a avisés des dernières consignes pour les rassemblements. Dans cette situation, nous devons suspendre toutes...

Lire la suite »

Activités

Désolé...

Aucune activité n'est prévue prochainement!

Nouvelles

Jeudi 5 novembre 2015 — 20 h 30

La pêche à l'anguille

Film « Chagrin d'eau douce » réalisé par madame Évelyne Guay

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=H-uDPmWPp2Y

« Anguilla rostrata » ... joli nom n'est ce pas ? C'est le nom scientifique de l'anguille d'Amérique. Oui oui, notre anguille ! Celle qui fut pêchée pendant des siècles par les amérindiens et par plusieurs générations de pêcheurs parmi nos ancêtres, tout au long du fleuve Saint-Laurent.

On dit qu'elle nous a probablement sauvé de la famine à l'époque de la Nouvelle France.

Aujourd'hui, l'anguille n'a plus l'attrait qu'elle avait ... on boude ce poisson dont la forme rappelle le serpent, dont la préparation nécessite un effort certain et aussi, parce que l'espèce est en déclin. «... le Comité sur les espèces en péril au Canada a considéré que l'anguille était une espèce susceptible de devenir menacée si les facteurs causant cette situation préoccupante n'étaient ni inversés, ni gérés de façon efficace » ... lit-on dans Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Anguille_d%27Am%C3%A9rique

Les facteurs ... vous avez une idée des « facteurs causant cette situation » ? Le film cible particulièrement la modification de l'habitat et l'entrave aux migrations causés par les barrages hydroélectriques ainsi que la mortalité dans les turbines de ces barrages. Les pêcheurs ayant participé au film en sont convaincus.

Mais « Chagrin d'eau douce » ne fait pas un procès. Son ton est tout autre ; c'est un magnifique et poétique état des choses sur la place que nous réservons à notre patrimoine naturel ; c'est un regard humain, écologique et culturel sur le déclin d'une activité ancestrale.

C'est un film à voir et à revoir parce que, comme le dit madame Évelyne Guay : «... parce que les rivières sont les veines du pays ».

Plus de 60 personnes ont eu ce privilège en cette soirée du 22 octobre 2015.

C. L.