shcr

Nouvelles

Résumé - Les oiseaux et l'histoire

Salon de thé du 10 octobre 2019

Norbert Lacroix, président du Club des ornithologues de Québec

Quel défi que de résumer cette...

Lire la suite »

Décès de monsieur Yves Blache

À l’Hôpital Ste-Anne-de-Beaupré, le 11 septembre 2019, à l’âge de 82 ans, est décédé monsieur Yves Blache, époux de madame...

Lire la suite »

Activités

Jeudi 28 novembre 2019, 19 h 30

Conférence avec Benoît Grenier

Détails sur les activités »

Activité

Excursion à Wendake

par Philippe Gaboury, président de la Société historique du Cap-Rouge

Le 22 septembre 2005, les membres de la SHCR avaient le plaisir de visiter Wendake.

Dans la première moitié du XVIIe siècle, les Hurons-Wendat qui occupaient le territoire du sud de la baie Georgienne, ont dû quitter l'endroit à cause de la famine, des maladies et des conflits avec les Iroquois et autres nations. Déjà alliés des Français dans le commerce des fourrures, il était normal qu'ils viennent s'établir dans la région de Québec où était le plus grand nombre de Français. Par conséquent, après de multiples déplacements, environ cent cinquante d'entre eux, viennent s'établir aux abords de la rivière Saint-Charles, à l'emplacement actuel du village de Wendake.

Immédiatement au sud de Loretteville, le village est situé à une quinzaine de kilomètres au nord du centre-ville de Québec. Le territoire couvre une centaine d'hectares, ce qui est approximativement un kilomètre carré. Avant de devenir Wendake, l'endroit sera connu sous les noms de Indian Lorette, de Village-des-Hurons, de Village-Huron. À la fin des années 1900, le territoire de la communauté sera nommé Wendake, ce qui veut dire « là où sont les Wendats ».

La visite a commencé au centre d'interprétation Tsawenkoli qui est le détenteur de la grande richesse patrimoniale et historique du peuple Wendat. On a droit à des données historiques sur les anciens chefs. On a reconnu des noms très connus comme les Vincent, les Picard, les Bastien, les Sioui, et les Gros-Louis. Une animatrice wendat, après nous avoir raconté et chanté une légende indienne, nous entretient de tissage de vêtements et d'histoires de vie familiale traditionnelle. C'était une entrée dans l'intimité des porteurs de traditions de la Nation Huronne-wendat.

La visite se poursuit à l'église Notre-Dame-de-Lorette étroitement liée à la nation huronne-wendat. La chapelle actuelle fut construite vers 1730, sur le modèle de la Santa Casa de Lorette en Italie, sous la direction d'un missionnaire jésuite. Elle est classée monument historique et renferme des trésors religieux de très grande valeur. Pour la circonstance, la voûte a été exceptionnellement ouverte, ce qui nous a permis d'observer ces trésors du patrimoine religieux.

Par la suite, nous jetons un coup d'oeil à la chute Kabir Kouba, d'une hauteur de vingt-huit mètres coulant dans un beau canyon. Le nom signifie « la rivière aux mille détours », elle prend sa source dans la rivière Saint-Charles et coule sur les roches du Bouclier canadien.

Après un repas à saveur amérindienne au restaurant Nek8arre 1 où nous avons côtoyé de nombreux visiteurs européens, il nous est possible de visiter le site traditionnel huron à Onchéa Chetek8e. L'élément le plus im-pressionnant est sans aucun doute la majestueuse voûte de bois appelée ANONCHIA « maison longue » dans laquelle nous apprenons les techniques rudimentaires de construction, le quotidien des Amérindiens au, la place de la femme huronne dans leur société, leurs croyances religieuses, leur façon de voyager et de chasser... Notre visite se termine par une démonstration de danses, aujourd'hui folkloriques, qui rappellent les croyances et les légendes du peuple huron.

Il est important de noter que la librairie offre une variété impressionnante de volumes concernant les nations amérindiennes. La boutique met à notre disposition des pièces artisanales de plusieurs nations amérindiennes du Canada.

Belle expédition au domaine Wendat qui nous a fait connaître une nation riche, ouverte à la fraternité et au partage.

1: Le caractère «8» de leur alphabet correspond à notre lettre «u».